Chronologie historique

1769

Un document nous fait connaître le nom d'un ermite :

Jacques FRAICHE, natif de Vicques (Delémont).

Il demeura pendant des années à Reppe puis le Curé HURT de Traubach dont dépendait Bréchaumont et Belle Fontaine le chargea du service de sacristain dans la chapelle et lui permit de s'établir dans l'ermitage près du petit sanctuaire.

Nous connaissons d'ailleurs deux autres ermites, Nicolas JOSEPH et Jacques RIOT.

L'ermitage ne disparut que pendant la guerre de 14-18.

1775

Un document nous apprend que le Pape avait accordé une indulgence plénière aux pèlerins de la "Chapelle de l'ermitage de la Belle Fontaine.

Cette faveur prouve que le sanctuaire était très connu.

1789

Pendant la révolution, les biens ecclésiastiques furent déclarés "biens nationaux. 

L'état pouvait s'en emparer et procéder à la vente des Chapelles.

1792

La municipalité de Bréchaumont adressa une lettre au Directoire du district de Belfort, dans laquelle elle souligna que la chapelle avait été construite par les ancêtres des habitants actuels du village et qu'elle était pour cela propriété de la paroisse.

Le directoire répondit d'une façon négative; la Chapelle fut considérée comme bien national et devait être vendue.

Sur ce, quatre hommes de Bréchaumont achetèrent la Chapelle. 

Ce fut ainsi qu'elle échappa à la destruction.

Quant à la petit cloche, elle avait été transportée à Aspach le Bas et à la Monnaire de Strasbourg.

Malgré les griefs des "patriotes" de la région, la chapelle fut visitée pendant toute la révolution par des pèlerins.

Au lendemain de la Révolution, la Chapelle passa entre le mains de la communce de Bréchaumont.

1830

La Chapelle est vendue à l'Abbé CLAVEY, natif de Reppe, curé à Bonfol (Suisse).

chapelle et ferme beccia  date inconnue.

1857

L'Abbé CLAVEY fait restaurer la Chapelle. 

La famille CLAVEY qui hérita le sanctuaire fit tout pour qu'il redevint le but des pèlerins de toute la région.

1914 - 1918

Durant la guerre mondiale, la Chapelle fut fortement éprouvée par des dévastations.

La Vierge miraculeuse trouva un asile dans une chapelle de Foussemagne.

1925

Monsieur le Curé KOHLER put, grâce à la bienveillante collaboration des familles CLAVEY-DENIER et de plusieurs paroissiens de Bréchaumont, entreprendre la rénovation de la chapelle et procéder à la consécration solennelle du sanctuaire en 1933.

Depuis cette époque, la Chapelle Notre-Dame de Belle-Fontaine est redevenue le lieu de pèlerinage bien fréquenté par les fidèles de la région.

Extraits de "Notre Dame de Belle-Fontaine" de Monsieur le Curé L. SIMON

NB : De nos jours, Notre Dame de Belle-Fontaine s'orthographie BELLEFONTAINE